Le VIDE

Le VIDE

 

Colette Langlade proposait une rencontre avec les artisans à Thiviers le 27 mars dernier. La trentaine de participants se retrouvait face au vide des propos de l’élue

 

La députée, conseillère générale et vice présidente du conseil général, conseillère municipale de Thiviers organisait une réunion avec les artisans. A l’heure où l’on décompte plus de 1000 chomeurs par jour, échanger avec les representants de la première entreprise de France était une bonne idée. Des membres de la Capeb et du Medef avaient donc répondu favorablement à cette invitation.

L’élue allait peut être proposer des solutions pour le territoire ? être à l’initiative d’un projet? soutenir les entrepreneurs ? Non ….. Elle se lança dans un exercice d’empathie, de « calinothérapie » qui la caractérise... »je vous entends,je vous comprends » leur dit elle. Mais la salle exaspérée pensait « Agissez »  et souvent « Arrétez cette démagogie »

 

Double jeu

Sur le terrain, Colette Langlade veut apparaître comme défenderesse des entrepreneurs; il en est tout autrement à l’Assemblée. Elle a ainsi fortement soutenu une politique qui se traduit par une hausse sans précédent des cotisations sociales. Une augmentation de 980 Millions, comme je le décrivais dans un article « les entrepreneurs combattus » du 2 octobre dernier. Une politique nationale qui conduit à l’augmentation du  taux de TVA dès cette année, reniant ses promesses de campagne.

A l’Assemblée, ses rares initiatives en matière économique vont à l’encontre de l’intéret des entrepreneurs. Par une question écrite du 22 juin 2010, elle contestait la réduction de la TVA dans l’hotellerie et la restauration mise en place par la précédente majorité. Mesure qu’elle s’empressait de combattre puis d’abroger dès l’été 2012, mettant ainsi en péril un secteur créateur d’emploi. Par une nouvelle question du 11 mai 2010, elle demandait un renforcement des contrôles.

Depuis sa réélection, alors que le chômage grimpe, que l’économie s’effondre, elle ne sollicita qu’une fois le ministre délégué chargée des petites et moyennes entreprises, le 29 janvier dernier…….pour l’interroger sur la situation des postiers et de leur grade de reclassement

Quelle utilité ?

A juste titre, les entrepreneurs présents ce 27 mars à Thiviers s’interrogèrent sur la réelle volonté de Madame la Députée, comparant les douces paroles aux rares actes,  et lucides se posèrent la question de son utilité.

La remarque sainglante fut relayée dans Sud Ouest,: « Madame nous vous invitons à vous rapprocher des trois autres députés du département afin de leur faire part de cette réunion » pour qu’eux mêmes essaient d’agir.  Nul ne croît plus en la capacité d’initiative de Colette Langlade. Celle si se contentant d’indiquer qu’elle allait faire remonter des informations au niveau national, y faire échos…c’est le propre du vide.

 

Benoît BOST

Quelques rappels

A l’heure où plusieurs classes ferment dans le Haut Périgord

A l’heure où des écoles ne réouvriont pas, par exemple à Firbeix

A l’heure où communauté enseignante, élus, parents d’élève sont confrontés à la difficile mise en place des rythmes scolaires

A l’heure où l’intéret de l’enfant est abandonné de facto au nom de questions logistiques et organisationnelles.

Il est nécessaire de rappeler l’engagement massif de Colette Langlade pour la loi portant « rénovation de l’école ».

Le Ministre de l’Education , Vincent Peillon, peinait à trouver des zélateurs capables, sans remord de porter un discours idéologique à l’Assemblée.

Colette Langlade fut le porte parole idéal.

Combien il est regrettable que le pragmatisme et le bon sens n’aient pu  trouver aucune place dans ce débat.

Combien il est regrettable que les hommes et les femmes de bonne volonté n’aient pu s’accorder sur une efficace reconstruction de l’Ecole. Les remarques de l’Association des Maires de France ont été balayées  par le Gouvernement

Combien il est regrettable que des Députés portent ainsi des propos idéologiques , stigmatisants

Pour mémoire, les propos de C Langlade  il y a quelques mois (séance de décembre 2013) :

Madame la présidente, monsieur le ministre, chers collègues,

Depuis dix-huit mois, un travail important est mené auprès du ministre de l’éducation nationale sur l’acquisition des apprentissages fondamentaux et la réorganisation scolaire.

La proposition de loi qui nous est soumise aujourd’hui a été déposée quelques jours avant le Congrès des maires. À cette occasion, le parti de l’opposition avait souhaité profiter de cet événement pour mobiliser les maires contre les rythmes scolaires dans l’enseignement du premier degré.

Moi qui suis élue de Dordogne, département rural, j’ai rencontré des maires heureux et satisfaits de la réforme !Ils font confiance au ministère de l’éducation nationale et sont ravis de la méthode, qui fonctionne depuis son application à la rentrée 2013

 En raison de la réunion initiale des élus, des acteurs, des associations et des partenaires qui aident à organiser les rythmes scolaires. Il n’existe ni précipitation ni fracture sociale ou démographique.

 

Taxe poids lourds

untitled

Sur son site , Le ministère de l’écologie fait apparaitre la carte des axes routiers concernés par la nouvelle taxe poids lourds.

Les camions de plus de 3,5 tonnes empruntant ces axes seront taxés de 13 centimes par kilomètre

Le Haut Périgord est fortement touché, en effet l’A20 , et les nationales sont concernées.

Les transporteurs devront s’équiper d’un boitier GPS .

 

Un mauvais coup porté aux entreprises de transport Périgourdines

 

Le Paon et l’escargot

Le Paon et l'escargotAlain Rousset vient d’annoncer un plan de formation pour  les métiers du cuir…  

….et maintenant nous attendons les actes 

 

Celà pourrait être une fable, le paon et l’escargot,le premier Aquitain et Bordelais se pavanait dans ses contrées du Nord Dordogne, promettait sans agir, essayait des Répettos au bras de la députée, se voyait en stratége, se promettait un avenir ministeriel, se racontait un destin…

L’escargot lui était Charentais, connaissait les problèmes de restructuration d’un territoire encore récemment très industriel, cherchait des solutions pragamatiques.

La fable est cruelle pour les Périgourdins, car pendant que le paon se promenait, l’escargot agissait, et c’est lui qui remporta un vrai succès.

L’usine Hermes cherchait à s’agrandir, créer à terme 250 emplos pérennes, c’est la petite ville de Montbron en Charentes qui fut choisie.  Un an plus tard , la maroquinerie de Tardoire  compte déjà 60 salariés. Elle construit un nouveau batiment neuf, toujours à Montbron. Le conseil général de Charentes l’accompagne prenant en charge les travaux de voierie et de réseaux.

Pourquoi choisir Montbron ?

Le luxe et la grande maroquinerie disposent de réelles  perspectives. Ces activités nécessitent un savoir faire, des produits nobles, une image professionnelle et sont donc peu délocalisables. Des capitaines d’industrie comme Hermès savent  que l’implantation d’une usine en zone rurale peut être une opportunité.  La qualité de la main d’oeuvre, son attachement à l’entreprise et la faiblesse des conflits sociaux sont de réels atouts. Deux freins subsistent : l’enclavement et la formation

Montbron dispose de la proximité de la LGV demain et l’accessibilité du TGV aujourd’hui, en regard, quelle fut notre politique d’infrastructure en Dordogne ?

Hermès avait besoin d’un centre de formation : ce fut fait … et rapidement  !! La première promotion du CAP maroquinerie a commencé depuis septembre dernier au sein du Lycée professionnel Jean Rostand à Angoulême. Un bac pro a également vu le jour. Cette formation s’adapte complétement aux besoins du territoire, le lycée faisant appel à une ancienne salariée de chez Hermès, formant les éléves aux subtilités du point sellier.

Le pôle de formation cuir et luxe

L’annonce d’un plan visant à développer un pôle de formation cuir et luxe, l’engagement financier de la région Aquitaine sont aujourd’hui une bonne nouvelle. Mais que de temps perdu.

Un tissus industriel (ou secondaire ) subsiste entre Nord Dordogne et sud Charentes. Il représente encore  près de 30% de la poulation active. En pleine mutation, tout doit être fait pour le soutenir

Face à la désindustrialisation, les territoires sont aujourd’hui parfois en concurrence , le politique se devrait d’agir rapidement et efficacement pour les promouvoir.

Préférer  l’action à la représentation

 BENOIT BOST

Patriotisme économique

Patriotisme économique

Il y a quelques mois le ministre du redressement productif posait à la  une d’un célèbre hebdomadaire en marinière.       Publicité ou auto promotion ?  Vrai manipulation !

Arnaud Montebourg vantait ainsi le « made in France » et notamment l’entreprise Armor Lux en arborant une marinière. Coup de pub pour le ministre si prompt à vanter son image.  

 Aujourd’hui , la socièté Armor Lux vient de perdre son marché ……….avec la police nationale.  Marché de plus de 23 millions sur 5 ans . Pourquoi utiliser l’image d’une société pour l’affaiblir quelques semaines plus tard ? Comment vanter le « fabriquer en France » et ne pas faciliter son accès aux commandes de l’Etat ? Pourquoi ne pas copier le « BUY American Act » cette loi fédérale américaine qui  impose l’achat de biens produits sur le territoire américain pour les achats directs effectués par le gouvernement américain ?  François Hollande a nomé un « médiateur du marché public  » titre ronflant pour masquer une absence d’action

Utiliser à des fins  électorales les difficultés économiques

Dans l’opposition, le Parti Socialiste n’avait pas de mot assez dur pour souligner la non protection des entreprises Françaises. Reprenons les propos de la section socialiste de Saint Astier concernant le drame de Marbot Batat

Je les cite en mars 2011 « Mais pourquoi cette folle logique économique ne nous permet pas de maintenir des emplois industriels dans nos départements ruraux ? Et pour ce qui est de l’entreprise neuvicoise, c’est même notre propre Ministère de la Défense qui enfonce le clou. L’Etat en quelque sorte. Le Vallée de l’Isle et le Bergeracois se vident de leurs emplois sous nos yeux et nos bras ballants…je ne fais que constater et contester. Mais si cela peut aider à renverser la table en 2012 !  »

Le Parti Socialiste a maintenant tous les pouvoirs, majorité des villes et Départements, la quasi totalité des régions, Assemblée et Gouvernement . Pour quelles actions ? Le soutien aux entreprises en difficulté n’était donc qu’un argument électoral visant à battre le prédent gouvernement.

EN 2010, le député Deguilhem écrivait : « En 2010, les salariés continuent d’être sacrifiés sur l’autel de la désindustrialisation programmée des territoires  » Théorie du complot, résurrection d’une certaine lutte des classes. Mais s’il était facile de pleurer avec ceux qui pleurent, de s’associer aux piquets de grève, quelle est aujourd’hui son action ? Chaun peut en être juge

 

BENOIT BOST 

Quel avenir pour l’élevage ?

Quel avenir pour l'élevage ? revenu2012_2

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Un graphique vaut  parfois bien des discours, Des chiffres illustrent mieux une réalité. Loin des préjugès d’une agriculture sur-subventionnée apparaît la réalité : les éleveurs bovins viande gagnent en moyenne 15 000 euros par an, bien en deçà donc du Smic

Une répartition inéquitable des marges

En 10 ans le prix du kilo de viande a progressé de 24%, or si le consommateur paie de plus en plus, à l’autre bout de la filière le producteur voit son revenu diminuer

Une « carcasse » de vache entière peut être cédée à 3 euros le kilo

Le coût de l’abattage et la première découpe représente 0,14 euro par kilo, nos abattoirs qui maillent le territoire ne sont donc pas en situation très favorable

Les industriels et la grande distribution font monter le prix de 8,71 euros, leur marge brute a ainsi augmenté de 37,5% en 10 ans.

Le reste se répartit entre taxe et transport

Un ministre impuissant, un député démagogue

Très récemment, le ministre Le Foll a présenté un plan pour l’élevage, sans envergure, ni nouvelle mesure.  Report possible des cotisations sociales et des taxes, favorisation de la méthanisation, renforcement des directives environnementales…qui peut encore croire à ces mesurettes ?

Mais ce que les éleveurs réclament c’est le juste prix de leur travail. Et sur ce point le Ministre reconnaît lui même ne rien avoir obtenu des négociations avec la distribution. On est bien loin des engagements de la  campagne électorale, des déclarations de Germinal Peiro ;

A l’Assemblée, il demandait  en 2010 :  »de défendre l’harmonisation sociale et fiscale européenne pour résoudre les problèmes de distorsion de concurrence (…) l’obligation de relocaliser les productions agricoles (…); le développement des agricultures de terroir qui font la richesse et la renommée de la France. » 

Aujourd’hui dans la majorité pourquoi n’agit il pas ? Le ministre dit que l’élevage est une cause nationale, pourquoi ne passe t on pas des paroles aux actes ?

Une réalité scandaleuse

Les promesses ne sont donc pas tenues, mais la réalité est effarante. Non seulement le gouvernement, malgré ses discours n’agit pas en faveur de l’élevage mais ponctionnent les dotations accordées antérieurement.

  • 14 millions d’euros de crédit à l’installation se sont envolés. Dans notre Département pourtant les jeunes agriculteurs mériteraient un accompagnement concret
  • 9 millions du CASDAR ont été repris, démontrant le désengagement de l’Etat

Ciment de notre ruralité, force exportatrice de notre économie, qualité et image de marque de notre région, l’élevage mérite autre chose que ces tartufferies.

 

BENOIT BOST

Un Compagnon

Un CompagnonSamedi dernier à Brantôme, on fétait un compagnon. A l’heure du  scandale Cahuzac, il est important de rappeler les sources d’un engagement politique, sincère et  désintéressé….une histoire de militant

Paul Laborie,  après de longues années, au RPR puis à l’UMP a décidé de cesser ses fonctions de délégué cantonal de Brantôme.  Il demeure un militant actif, et son engagement ne faiblit pas. Toutefois, l’âge avançant il est plus difficile de courir de Eyvirat à Cantillac.
Ce canton, il l’a si souvent labouré, sillonné. Il y a défendu les valeurs de notre famille politique, et permit que ce fief Bonnetiste soit pris. Que le gaullisme entre à la Mairie. Pour qui se souvient de Georges Bonnet, la performance n’est pas mince. Son principal fait d’arme restera pour moi son arrivée dans la salle des fétes de Nontron, en juin 2002, amenant les résultats de Brantome qui donnaient la victoire à Frederic de Saint Sernin pour une poignée de voix
Au travers, Paul Laborie c’est une certaine idée du militantisme qui fut unanimement saluée. Un engagement sincère, fidèle, desinteressé. Pour le décrire, les verbes sont légions, ils sont tous d’ action:
Vivre la politique et non en vivre. Croire,adherer, débattre, convaincre.
Servir et non se servir. Coller, organiser,se déplacer, reserver, remplir.
Donner et non recevoir. Aider, soutenir, accompagner, défendre.
En un mot: un compagnon
Benoit Bost

L avenir incertain de la Pac

Pied à pied Bruno Lemaire, ministre de Nicolas Sarkozy s était battu pour que le bilan de santé de la Politique agricole commune ne se traduise pas par une diminution des budgets!
Certes, le plan Ciolos prévoit un verdissement des aides mais l accompagne financièrement. L agriculteur nourrit les hommes avant d entretenir les paysages, mais cette demande de la société d’ une protection accrue de l environnement doit être entendue, sa mutation accompagnée. 30% du budget de la Pac devaient être lié à la diversification des cultures au maintien des pâturages et à la préservation de la biodiversité

À l occasion de la négociation sur le budget de l Union, la Commission propose une baisse de 17 milliards de la Pac. Aussitôt, le gouvernement s’aligne, arguant que
Cette proposition est meilleure que celle du président Van Rompuy proposant une coupe de 25 milliards!
Certes, 17 c’est moins que 25. Mais est ce acceptable ?
-10% d’aide pour les agriculteurs alors que l élevage peine à sortir de la crise !
-9% sur le deuxième pilier alors que nos territoires connaissent d’importants déficits structurels !

Le maintien du budget de la Pac aurait du être l ambition! Non pour des raisons electorale, mais parce que l’Agriculture vitalisant nos campagnes est la garante de la continuité spatiale
Où est l’ambition d’aménagement du territoire ?

Par sa capacité exportatrice, le monde paysan contribue à l enrichissement de la nation et à la puissance de la France. 1 euro apporté alimente les filières amont et aval, créatrices de milliers d’ emploi non délocalisable.
La pac n’est pas un subsides. C’est un investissement !
Où est l’ambition de développement économique ?

Le pire n’est pas certain, mais le gouvernement peut encore céder aux diktats d’ autres états membres conscients eux de leurs atouts et prêts à en découdre pour les protéger.
François Hollande peut encore reculer.
Le reniement est ce déjà pour maintenant!!

Les entrepreneurs combattus

Les entrepreneurs combattus Comme nous l’annoncions le projet loi de financement de la protection sociale sera très défavorable aux travailleurs indépendants

Le gouvernement parait entraver et combattre tous ceux qui prennent des risques

 

 

 

Un relévement des taux de cotisations 

Les cotisations maladie des artisans commerçants était plafonnées.

 Pour les cotisants dont le revenu dépassait 36 372 euros, le taux de cotisation était actuellement réduit de 0,6 point entre 36 7372 euros

et 181 860 euros, et il n’y avait pas de cotisation maladie sur la partie des revenus dépassant 181 860 euros.

Désormais, les cotisations seront au même taux de 6,5% sur les revenus à partir de 14 500 euros. Cette mesure impactera 850 000

chefs d’entreprise, 410 millions d’euros leur seront ainsi ponctionnés. A celà s’ajoute, la suppression de l’abattement pour frais personnels

de 10 % pour les gérants majoritaires de SARL, il en coûtera 570 millions d’euros

 

Un alignement des cotisations mais non des prestations

Le projet socialiste prévoit un alignement des cotisations des travailleurs indépendants sur le régime général, mais les ministres socialistes n’ont pas mesuré combien la couverture sociale des indépendants est moins « avantageuse » que celle des salariés.

Si le remboursement des soins médicaux est identique, les indemnités journalières, le revenu de remplacement en cas de congès maternité …sont loin d’atteindre le niveau du régime général. C’est une des raisons pour laquelle les artisans et commerçants s’arretent beaucoup moins souvent.

Une mesure politique ?

Pourquoi dès lors  une telle ponction ? Pourquoi multiplier les mesures contre ceux qui prennent des risques, qui font vivre nos territoires?

Le Parti Socialiste sait lire les résultats des éléctions, qui ont vu près de 67 % des petits patrons voter pour N Sarkozy.

Un impact fort en Dordogne

Le commerce et l’artisanat sont de loin les premiers secteurs économiques de la Dordogne.

Les 6700 commerces, les 9611 entreprises artisanales font vivre des dizaines de milliers de famille

Elles doivent faire face à un contexte difficile, inquiétude de la population, limitation des dépenses, recul de la contruction…

Dans cette conjoncture , elles se battent chaque jour pour maintenir leur activité

Ces mesures gouvernementales, ces hausses de cotisation pourraient être la ponction de plus, l’imposition de trop .

Fragilisant encore des trésoreries tendues, accroissant le risque de défaillance.

et surtout elles envoient  un message très  négatif à ceux qui veulent entreprendre.

Benoît BOST

 

Le « vert » est dans le fruit

Le

Le débat sur le traité européen illustre une profonde cacophonie à gauche

La parole du chef de l’Etat peut être remise en question

Les alliances électorales se fissurent

 

 

Il l’avait promis au Bourget, le traité de discipline budgétaire aprement négocié par Nicolas Sarkozy serait renégocié.
ET toute la presse de gauche de s’émerveiller, présentant le président du conseil général de la Correze comme un nouveau Roosevelt

L’action de François Hollande est tout autre: le document est présenté au Parlement sans qu’aucune ligne n’en soit modifiée .Le premier secrétaire du PC peut désormai demander  » président Hollande, écoutez le candidat François.  » Doit on rappeler au PCF, la fable du corbeau et du renard, « tout flatteur vit aux dépens de celui qui l’écoute  » et les  leçons de 1983 avec l’austérité de P Mauroy, la fermeture de la siderurgie Lorraine, ni les renoncement de Jospin sur Villevorde n’ont porté leur fruit.

Les alliances électorales fissurées

Europe écologie les verts s’est prononcé contre le traité, contre l’action même du gouvernement.  C Duflot se livra à un exercice de langue de bois incroyable sur le plateau de France 2 : lançant son désormai fameux : »Je ne suis pas en désaccord ou en accord » Allez comprendre

L’électeur trompé ?

Que doit penser  l’électeur socialiste de Brigitte Allain. Ne se sent il pas floué ?

Que doit percevoir l’électeur communiste de député socialiste. Ne se sent il pas trompé ?

Cette cacophonie n’est pas réjouissante, elle amplifie une défiance de la parole publique, associe campagne électorale et démagogie, fissure le socle de la démocratie représentative et contribue à faire le jeu des extrèmes. Décidément le ver est dans le fruit !

12



Logone |
Elijah De BLa |
Retourvilliers |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Vivelafrancebleue
| RCD Bgayet-Jijel
| Burberryk